Achat Nordic-Pass Bulletin Neige Picto domaines Webcams vidéos

Ski de Fond Le ski de fond requiert différentes techniques de progression, de virage, de montée et de descente !



Le «skating» ou technique dite libre consiste à glisser en utilisant les mouvements du patineur.
Le «classique» ou «alternatif» se pratique dans les traces, les rails. La glisse s’effectue alternativement sur un pied puis sur l’autre.

Le Classique - Technique historique

  • La technique dite " classique " se pratique dans les traces, les rails. Elle regroupe les gestes de déplacement suivant : pas alternatif, pas de un, pas de deux, poussée simultanée, on peut aussi parler des pas à trois temps et quatre temps.....
  • Les skis de classique sont d’une longueur supérieure à celle du skieur.

Plusieurs choix sont possibles au niveau du type de skis, cela dépendra de votre niveau et de vos souhaits :

  • Les skis à écailles : le bon compromis accroche/glisse pour les débutants ou intermédiaires qui souhaitent faire de longues balades à faible intensité puisque les écailles freinent tout de même un peu la glisse.
  • Les skis à peaux : le rapport accroche/glisse est tout autant intéressant que les skis à écailles et ils offrent un confort supérieur en phase de glisse en supprimant le désagrément du bruit des écailles ( petit + !).
  • Les skis à farter : le ski de glisse par excellence. Il est plus technique et donc destiné aux connaisseurs, véritables amoureux de la technique classique. Un fart de retenue est appliqué à la zone d’appui, là où se trouveraient des écailles ou des peaux. La qualité du fartage prend ici tout son sens.

En terrain plat ou en montée, on applique le poids du corps sur le ski afin de l'écraser, un système anti-recul bloque alors le ski dans la neige, et lorsqu'il relâche la pression, le skieur se trouve propulsé en avant.

Le Skating – Technique plus récente

La technique dite " libre " ou « skating » se pratique sur un plan lisse et rejoint tous les modes de déplacement à base de patinage. Là aussi, différents gestes la composent : patinage de base, un temps, deux temps, à grande vitesse.....
Le ski de skating se caractérise par sa faible longueur et sa spatule très peu marquée par rapport à celle du ski à écailles. Il est aussi plus étroit. La méthode du patinage (comparable à celle du roller) le dispense de système anti-recul, et l'éventuel fart ne sert qu'à améliorer encore la glisse.

Pour aller plus loin, consultez les livrets techniques de notre partenaire VOLA

La petite histoire du classique :
Avant d'être une activité sportive, le ski nordique était avant tout un moyen de locomotion pour les peuples de l'Europe du Nord. La compétition apparaît en 1843 en Norvège et se développe dans toute la Scandinavie. Le ski gagne la France et l'Europe centrale à la fin du 19ème siècle. Mais pour s'adapter à nos montagnes, le ski originel va devenir ski alpin avec le maintien du talon entre les deux guerres mondiales. L'intérêt pour le ski nordique réapparaît en France avec les JO de Grenoble en 1968. Suivra ensuite la création de sites nordiques dans nos régions de moyenne montagne.

La petite histoire du skating :
L'apparition de la technique du skating fut ressentie comme une révolution dans le sein du monde nordique. Révolution sportive, technique et culturelle. Au cours de l'hiver 1980/1981, les coureurs de " longue distance " commencent à faire du demi-pas de patineur lorsque vers la fin de la course le fart " relâche ". S'ils ne l'ont pas fait avant c'est surtout parce depuis cette année-là les pistes sont damées avec des engins larges qui offrent des pistes dures. L'hiver suivant ils patineront sur toute la durée de la course....
En 1985, aux championnats de France à Gérardmer et aux championnats du monde de Seefeld, les compétiteurs envisagent pour la première fois de prendre le départ sans fart. Ce jour-là les médailles vont aller à ceux qui osent patiner !